Brûleurs à pellet

Un bon plan si …

  • Votre chaudière ne passe plus les normes
  • Vous en avez marre de la dépendance à l’énergie fossile
  • Votre conscience d’éco-citoyen vous dit de faire quelque chose
  • Vous voulez changer d’énergie avec peu d’investissement
  • La biomasse est pour vous la meilleure solution pour l’énergie
  • Vos frais de chauffage sont trop élevés

L’expérience nous a démontré un avantage financier important car l’une des caractéristiques de ce brûleur est de réduire la consommation d’environ 10%. Cela signifie que lorsque la théorie dit 1000 litres de mazout = 2 tonnes de pellet ce n’est en pratique de 1,6 à 1,7 tonnes de pellet qui suffisent pour assurer le même confort…

Fruit de 6 années de recherche et de près de 15 ans de pratique. Le brûleur SPL est entièrement automatique avec une gestion par microprocesseur. Il s’adapte sur presque tous types de chaudière fioul où gaz et automatise les chaudières bois. Doté d’un ventilateur centrifuge, le brûleur SPL développe une flamme horizontale comme un brûleur à combustible traditionnel. Toutes les parties exposées au feu sont réalisées en acier haute température.
La portée d’air comburant s’adapte à la demande de puissance par un effet de la variation de la vitesse du ventilateur. La portée de combustible s’adapte alors automatiquement à la portée air comburant par un effet de la variation des fréquences d’impulsions de la vis sans fin.
La régulation de la puissance du brûleur peut être du type tout ou rien, bi-proportionnelle ou multi-proportionnelle.
Le système d’allumage est automatique.

Il est à relever que ce brûleur a été conçu de manière extrêmement simple mais efficace et que les quelques éléments susceptibles d’être changés sont d’un accès facile.

Le brûleur SPL s’adapte sur la plupart des chaudières mazout ou gaz à flamme horizontale existantes. Il va aussi équiper les chaudières bois. Et ceci sans avoir à remplacer la chaudière d’origine, en effet, la modification de la porte pour permettre la fixation du brûleur à pellet est simple à faire dans la majorité des cas; le raccordement du tableau de régulation, la pose des sondes thermiques, le raccordement des prises brûleur et vis sans fin.

Avantage financier car l’investissement peut se faire par étapes, dans un premier temps le brûleur, la vis sans fin et la commande électronique, ensuite la transformation du local à citerne ou autre en silo de stockage de grande capacité ce qui permettra d’assurer une autonomie égale à celle du mazout.

Meilleur rendement de la chaudière. Et si la chaudière devait être remplacée tout le matériel de transformation acquis va donc être utilisé sur nos chaudières ad’hoc.

Voilà donc de quoi satisfaire les préoccupations financières et environnementales.

generateur_air_chaud_200kW_serres_Pessacchaudière modifiée 4chaudière modifiée 3chaudière modifiée 2cahudière modifiée 1distillation whisky

château de Rochefort

7 avis pour Brûleurs à pellet

  1. Nicolas Seydoux

    Dans quelques jours, cela va faire 7 ans que je marche aux pellets. Je suis très content de votre installation et je peux dire que j’ai fait de substantielles économies en comparaison avec le mazout de chauffage.
    Disons que l’année prochaine, ou en tout cas dans moins de deux ans, j’aurais remboursé mon installation. Je pense que comme investissement, c’est quasi imbattable ! Il faut dire aussi que le prix des pellets n’a franchement pas bougé depuis le début et on m’a dit que cela allait fluctuer avec le cours du pétrole. Eh bien, pas du tout ! Et d’ailleurs, pourquoi ce serait le cas ?
    En tout cas, je vous remercie encore pour votre disponibilité et votre gentillesse, même si je ne vous ai pas embêté souvent je dois dire…

  2. Bpilet

    Concerne mon installation depuis OCTOBRE 2005
    Il s’agit d’un chalet construction 1982 de 140m2 sur 2 étages comprenant 8 radiateurs situé à 900 mètres d’altitude.
    Consommation avant 2005 mazout env.1800 à 2000 lit par année.
    Dans quelques jours, cela va faire 10 ans que j’ai installé un bruleur pellets SPL25 aucune panne à signaler à ce jour, vraiment du matériel filable.
    Les résultats de consommation (entre 2600 et 2800 kg par année y compris l’eau chaude) par rapport au mazout sont très bons,
    Question entretien chaque année j’effectue un nettoyage du bruleur et de la vis à l’aide d’un compresseur à air
    Un très bon investissement, je ne peux que le recommander à d’autres personnes intéressées.
    Merci Monsieur Pellet
    Mes salutations les meilleures
    Bpilet

  3. Isabelle

    j’ai effectué mon premier entretien sans problèmes, je vous avoue que j’avais un peu de craintes, mais en fait parfait et facile, je n’avais pas bien remis le tube à pellets alors ils ne coulaient pas bien, mais rien de grave, j’ai rectifié , je n’avais pas bcp de cendres après un mois
    bonne semaine, salutations amicales

  4. D Geslot

    Cela fait la quatrième saison que j’utilise votre brûleur en lieu et place d’un ancien brûleur fioul sur une ancienne chaudière qui était plutôt un concept d’incinérateur; Je suis toujours aussi enthousiaste du dispositif qui remplit ses objectifs, à savoir fiabilité et économie. Bien sûr il faut s’en occuper, à savoir choisir des granulés de qualité, dé cendrer régulièrement et bien nettoyer la grille de combustion. Je vous remercie pour l’écoute que vous avez sue m’apporter ainsi que les conseils judicieux que vous m’avez prodigués.

  5. Olivier

    Apres un an d’utilisation de la chaudière OSA et le brûleur Termocbi SPL25 avec production d’eau chaude, je n’ai à ce jour aucun problème. J’avais jusqu’à maintenant gardé ma chaudière à fuel au cas ou, mais je pense la supprimer à très court terme (pollution prix du fuel).
    Pour le nettoyage j’utilisais un aspirateur bidon avec cartouche papier mais il fallait le nettoyer à chaque utilisation. J’ai donc installé un aspirateur à feuilles électrique 1.8 KW modifié et les cendre sont rejetées directement à l’extérieur via une tuyauterie et épandues sur un coin d’herbe (j’ai de la place) et cela fertilise le sol.
    Salutations

  6. Pascal

    2 très bonnes nouvelles :
    – je viens de recevoir mon crédit d’impôt à savoir 2388.-€ (50% y compris la vis et le boitier)! et ceci sans justificatif à ce jour.
    -Aussi après exactement 1 année de service, j’ai grillé 4030kgs de granulés au lieu des 5000kgs estimé! super et ceci malgré l’hiver plus rigoureux.
    Par contre, quand à la carte, j’ai toujours une carte “Bois” as-tu reçu les nouvelles carte “Biomasse”?
    Pour info, mon fournisseur Baud Bois de Péron a arrêté avec Energya et maintenant nos pellets viennent de Méximieux dans l’Ain.
    J’attend de tes nouvelles et si tu es dans le coin passe boire le café.

  7. J.-Cl. Virot

    Au cours de l’année 2005, j’ai pris la décision de changer mon système de chauffage à mazout. Cette chaudière produisait l’eau chaude sanitaire et alimentait le chauffage central installé dans une ancienne ferme de 1824. Cette ferme n’a pas d’isolation, elle est située à 765 m. d’altitude et la surface à chauffer et d’environ 210 m2 sur 2 étages.
    Après plusieurs recherches et comparaisons, j’en suis arrivé à la conclusion que le bois était la meilleure solution pour moi, il restait à choisir sous quelle forme. J’avais opté pour une chaudière poly-combustible, qui me permettait d’utiliser les copeaux de bois, les pellets et les céréales et c’est par hasard au moment de passer commande que j’ai découvert sur Internet le système proposé par la société Top-Pellet. Ce système original consiste à remplacer le brûleur à mazout existant par un brûleur à pellets, fonctionnant selon le même principe (flamme horizontale).
    L’installation a eu lieu à mi-décembre 2005, elle a été effectuée rapidement, le changement n’a nécessité qu’une adaptation de la porte de la chaudière. Le choix s’est porté sur un brûleur de 25 kW et le stockage des pellets provisoirement sous forme de Big-Bag avec remplissage manuel du silo attenant à la chaudière.
    Les premières constatations ont été réjouissantes : ce système fonctionne bien, produit moins de bruit et il n’y a plus d’odeur de mazout (le local technique étant situé sur le même niveau et à proximité de la cuisine) ; cela nécessite néanmoins un travail supplémentaire par rapport au mazout, l’évacuation des cendres une fois par semaine. Pour ce qui est des coûts d’utilisation, il faudra attendre décembre 2006 pour pouvoir en faire l’évaluation.
    À ce jour ce système me donne entière satisfaction.
    mercredi, 10 mai 2006

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…